-->

Inconvénients d’Annecy

Dire que tout est parfait n’est pas vrai et Annecy souffre de plusieurs contraintes qu’il serait contre-productif de cacher. Par rapport à beaucoup de villes de France, la situation est quand même particulièrement intéressante (cadre de vie, économie, prestations en nombre et de qualité…) néanmoins le revers de la médaille frappe surtout là ou ça fait mal : au portefeuille.

Une vie chère

Annecy est une ville ou il fait bon vivre mais ou la vie est particulièrement chère. C’est particulièrement vrai pour l’immobilier qui tutoie les sommets mais ça l’ait aussi pour les achats du quotidien. Comme la population est plutôt aisée, les prix ont tendance à monter. Alimentation, dépenses de tous les jours et loisirs sont plus onéreux qu’à Chambéry ou Albertville qui sont pourtant à moins de 50km.

C’est aussi le fait des annéciens. Lorsque les revenus sont plus importants, le prix n’est pas toujours un critère primordial et les exigences sont plus élevés. Et tout cela s’auto-entretient : la vie est plus chère, alors pour bien vivre, le prix des prestations monte ce qui donne plus de pouvoir d’achat mais qui se traduit par des prix plus élevés et ainsi de suite.

Une ville de seniors ?

Les prix élevés de l’immobilier font fuir la jeunesse.  Annecy n’est pas une ville étudiante et les jeunes actifs ont du mal à s’y loger. Et cela se ressent clairement.

Annecy est une ville animée avec de très belles manifestations mais ce n’est pas une ville « qui bouge ». Ça peut plaire ou déplaire (suivant l’age et les envies).

Pollution de l’air

Et oui ! Le cadre naturelle enchanteur n’empêche pas la pollution. La faute à la vie urbaine, aux transports, aux chauffage au bois et surtout aux montagnes et aux vallées qui empêche la pollution de partir. Et comme le vent ne souffle pas très fort sur Annecy et bien la pollution reste.

C’est particulièrement marqué en hiver (tout comme dans la vallée de l’Arve à quelques dizaines de kilomètres).

Des transports qui font râler

La croissance économique attire toujours plus de personne en Haute-Savoie et cela est particulièrement visible sur les transports. En regardant dans le rétroviseur, avant il n’y avait pas autant de bouchons et les trajets étaient plus fluides et plus rapides. Le stationnement était plus simple et moins cher. Mais ça c’était avant et dans 15 ans, on dira la même chose par rapport à aujourd’hui.

Ce qui est par contre vraiment constaté c’est qu’il y a plus de monde dans les transports : plus d’habitants entraîne mécaniquement plus de déplacements et quand on sait que les temps dans les transports sont plutôt longs (pour les frontaliers notamment qui se rendent tous les jours vers Genève), l’impact des temps de trajets sur la vie de tous les jours est important.

La situtation n’est pas prête de s’améliorer car les efforts de mobilité alternative sont boudés par la majorité des habitants (avec de bonnes raisons ou pas) et parce que les efforts sur les infrastructures sont longs à porter leurs fruits et ont du mal à absorber tous les nouveaux habitants.

Du monde partout

Les touristes sont à la fois choyés et détestés. Ça dépend des jours et des personnes. Mais c’est un des inconvénients d’habiter dans une belle ville qui attire du monde surtout en juillet et en août.

C’est aussi ça qui fait tourner l’économie mais avoir du mal à se déplacer en ville, devoir supporter les hordes de visiteurs lors des grosses manifestations (que l’on avait oublié parce que l’on est un « local ») et qui contraignent nos plans pour la journée et pester contre les restaurants à touristes qui empestent la fondue quand il fait 30 degrés dehors…

C’est le revers de la médaille. Annecy est une très belle destination et accueillir des visiteurs temporaires fait partie des conditions de vie sur place.

Le bruit

Habiter en vieille ville ou dans un quartier central est très sympa mais il faut en supporter une des conséquences les plus désagréable : le bruit.

Tous les logements de ces secteurs ne sont pas affectés mais loger au dessus d’un restaurant ou à côté d’un lieu à très fort passage (même piéton comme c’est le cas en vieille ville) entraîne forcément des désagréments sonores. C’est aussi vrai pour les manifestations qui ont lieu proche du lac, sur le Paquier, proche de la mairie…